17/02/2007

LA BELGIQUE ROMAINE ET LA FORMATION DU PEUPLE BELGE - -

Le territoire de l’actuelle Belgique fut habité dès l’ère paléolithique inférieur par les Mesvins et les Spiennes. L’installation des Celtes date de la première moitié du dernier millénaire avant J-C. et fut suivie, entre le IVème et IIème siècle avant J-C par l’arrivée des Belges.
A l’époque de César, la Belgique était occupée par diverses tribus où celtes et germains étaient sans aucun doute mélangés : Les Morins et les Ménapiens à l’ouest de l’Escaut, dans la Flandre et la Zélande ; les Nerviens entre l’Escaut, la Dyle et la Meuse ; les Aduatuques entre la Sambre et la Meuse ; les Eburons dans le Limbourg et le Pays de LIEGE ; les Trévires entre la Meuse le Rhin et la Moselle ; les Ambivarites sur l’Escaut inférieur près d’ANVERS et dans la Campine.

Il faut aussi savoir que pour les Romains la « Belgica » était beaucoup plus étendue que la Belgique actuelle et comprenait toute la Gaule septentrionale, de la Mer du Nord au Rhin et au Sud jusqu’à la Marne et la Seine.
Lorsque cette « Belgica » fut soumise à Rome, elle fut divisée en trois Provinces :
- La Germanie II au Nord
- La Belgique Ière à l’Est
- La Belgique II à l’Ouest

La Belgique doit son nom aux Belgae, des peuples Celtes qui s’installent sur le territoire entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Dans un premier temps, ils opposent une farouche résistance à l’occupation romaine, en particulier lors de la bataille de Solesmes (57 av. J.-C.). En 54 av. J.-C., ils se rebellent, mais sont finalement soumis trois ans plus tard par Jules César. Sur le territoire de la Belgique actuelle, la Belgica, qui s’étend du nord de la France aux Pays-Bas et à une partie de la Suisse, les Romains créent trois provinces : au Nord, la Germanie Seconde avec son chef-lieu COLOGNE, à l’Est, la Belgique Première avec son chef-lieu Civitas Trevirorum TREVES et à l’Ouest, la Belgique Seconde avec son chef-lieu Civitas Remorum REIMS. À cette époque, l’agriculture et le commerce se développent, de nombreuses routes sont construites ; Tournai (Turnacum) et Tongres (Aduatuca) deviennent de véritables centres urbains.
Au IVe siècle, des tribus germaniques, les Francs Saliens, occupent les bouches de l’Escaut, la région de la Meuse et les bords du Rhin. Alliés à Rome, ils profitent des invasions des peuples barbares (Suèves, Vandales et Alains) pour s’emparer de Tournai, qui devient leur capitale, et pour pénétrer en Gaule. La domination franque des Mérovingiens succède à celle de Rome en Europe occidentale. Dès cette période, le particularisme entre le Nord et le Sud se dessine : au Nord, les Francs fondent ce qui va devenir la Flandre ; au Sud et au Sud-Est, ces mêmes Francs se fondent dans l’élément gallo-romain, numériquement plus important, et donnent naissance à la Wallonie. Depuis cette époque, la frontière linguistique entre les deux communautés, suivant une ligne Est-Ouest reliant Visé à Mouscron, en passant par le Sud de Bruxelles, n’a pas varié.
L’évangélisation commencée du temps de l’Empire romain se poursuit. Les moines donnent une impulsion majeure aux défrichements (les Kempen du Brabant) et les forêts des Ardennes abritent des centres monastiques comme Saint-Hubert ou Stavelot, fondé par Sigebert, roi d’Austrasie


Pour conclure cet avant-propos, et pour mieux comprendre toute cette Généalogie Historique, il faut plus que jamais se mettre totalement dans le contexte du temps. Il faut interpréter les faits et les unions tout à fait autrement qu’aujourd’hui. Il était de première importance d’avoir beaucoup d’enfants et il ne faut jamais oublier que lorsque l’on parlait de mariage, aucune comparaison avec une union du XXIème siècle est possible.
Les Comtes, Ducs, et même Rois de toute cette période féodale n’avait qu’une idée en tête, agrandir leur Royaume et en ces temps cela n’était possible que par des « unions maritales » dont le sujet important pouvait être soit un Homme soit une Femme.

Naturellement, dans cette Généalogie, je parle de maîtresses tout simplement parce qu’il n’existe pas un terme approprié exact. On peut expliquer la situation ainsi : il était plus qu’important d’avoir un enfant de telle grande Famille ou de telle Dynasties, ou de tel Grand propriétaire, Duc, Baron etc

14:08 Écrit par josiane meulders dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, histoire, genealogie |  Facebook |